• Morphing

    Le morphing, c'est une technique d'animation informatique qui consiste à créer toutes les étapes de transformation graphique d'une image à une autre. Ainsi un visage d'homme se transforme en tête de chat, une voiture se transforme en tigre... Le premier morphing que j'ai vu et qui m'avait impressionné, c'était le générique de Thalassa dans les années 80. Ça m'avait, comme qui dirait, grave scotché ! (voir)

    J'adore cette technique. Bon c'est pas simple simple au début. Le choix du logiciel notamment. J'ai opté pour "Sqirlz Morph". Il est gratuit et on obtient un résultat sympa en un temps raisonnable. De plus, il n'est pas trop complexe d'utilisation.

    Morphing

    Voici un exemple de petit morphing réalisé à partir de Rhoda Scott et Barbara Dennerlein, mes 2 idoles (voir mes articles sur l'orgue Hammond).

    D'après ma petite expérience sur le morphing, ce que je peux conseiller :

    • L'image "A" ne doit pas être trop différente de l'image "B". On ne peut pas faire tourner la tête de gauche à droite comme ça.
    • "A" et "B" doivent avoir la même taille au départ.

    "Sqirlz Morph", permet d'enchaîner plus de 2 images. 'Hachement sympa !



    Avec un peu de persévérence, on peut obtenir des résultats cool... Maintenant si tu te lances pas ... No Result !

     

    L'idée dans Sqirlz Morph, c'est de faire correspondre des points "stratégiques" d'une image A, sur une image B (C, D, E, ... etc) :

    Morphing 
    (clique sur l'image pour mieux voir)

    Ça, c'est la partie la plus simple je dirais. Il faut toutefois veiller à ce que 2 points de l'image A ne se croisent pas avant d'arriver sur l'image B, sinon ça crée un cafouillage pas chouette. Ça demande un peu de pratique. Le truc aussi, c'est que les images de base ne peuvent pas être des gifs. Alors au départ, jpeg obligé ! Sqirlz Morph ne gère pas la transparence... dommage. Quand le gif animé de mon morphing est créé, si je souhaite que le fond bleu devienne transparent, pas le choix : Je dois traiter ça ailleurs !

    L'étape suivante, j'ouvre mon gif dans Gimp (ça marche aussi, j'imagine, avec Photoshop ou Photofiltre). Chaque frame (image unitaire) est un calque. Pour mon exemple, j'en ai 20, c'est déjà beaucoup. Je passe alors dans chaque calque et je remplace le bleu par du transparent. C'est un peu fastidieux, faut être méthodique, mais c'est une quantité finie, donc on en voit forcément la fin un jour ou l'autre !

    La dernière étape, c'est le réglage du timing. Au départ, toutes les frames ont la même durée. Or, moi je veux marquer une pause sur les images A & B. Donc à l'aide d'un 3ème logiciel comme Gif Animator, j'ai calé toutes les frames à 6 ms, puis les frames 1 et 11 à 100 ms. Sauvegarde et c'est fini.

    Ça demande un peu de temps, mais le résultat est quand même plutôt sympatoche, non ?

     Version en basque, c'est ICI (c'est que provisoire, et probablement dans un basque très mauvais, mais c'est pour dépanner un Eklapote ...)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :